Jules Dalou : Différence entre versions

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher
m (image)
m (relecture)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
[[Fichier:Dalou dans son atelier.jpg|thumb|right|Photographie de Jules Dalou dans son atelier de l'impasse du Maine à Paris - 1899]]
 
[[Fichier:Dalou dans son atelier.jpg|thumb|right|Photographie de Jules Dalou dans son atelier de l'impasse du Maine à Paris - 1899]]
 +
[[Fichier:Dalou_Monument_Boussingault_Paris_02.jpg|thumb|Monument à Jean-Baptiste Boussingault, dans la cour du Conservatoire des Arts et Métiers. Le monument se trouve maintenant au CNAM de la Plaine Saint Denis.]]
 
[[Fichier:Dalou_Triomphe_de_Silène_CP.jpg|thumb|Le Triomphe de Silène, jardin du Luxembourg]]
 
[[Fichier:Dalou_Triomphe_de_Silène_CP.jpg|thumb|Le Triomphe de Silène, jardin du Luxembourg]]
 
[[Fichier:Dalou_-_Tombeau_de_Blanqui_-_CP.jpg|thumb|Tombeau d'Auguste Blanqui, cimetière du Père Lachaise]]
 
[[Fichier:Dalou_-_Tombeau_de_Blanqui_-_CP.jpg|thumb|Tombeau d'Auguste Blanqui, cimetière du Père Lachaise]]
 
[[Fichier:Dalou - tombeau de Victor Noir - CP.jpg|thumb|Gisant de Victor Noir, cimetière du Père-Lachaise]]
 
[[Fichier:Dalou - tombeau de Victor Noir - CP.jpg|thumb|Gisant de Victor Noir, cimetière du Père-Lachaise]]
'''Aimé-Jules Dalou''', dit '''Jules Dalou''', né à Paris le 31 décembre 1838 et mort dans la même ville le 15 avril 1902, est un [[Sculpteurs, architectes (de monuments)|sculpteur]]. Il est enterré au [[cimetière du Montparnasse]], dans la 4{{e}} division.
+
'''Aimé-Jules Dalou''', dit '''Jules Dalou''', né à Paris le 31 décembre 1838 et mort dans la même ville le 15 avril 1902, est un [[Sculpteurs, architectes (de monuments)|sculpteur]].  
  
 
== Biographie ==
 
== Biographie ==
Ligne 9 : Ligne 10 :
 
Il s'est présenté quatre fois au concours du [[prix de Rome]], il a été refusé à chaque fois.
 
Il s'est présenté quatre fois au concours du [[prix de Rome]], il a été refusé à chaque fois.
  
En 1870 il s'engage comme garde national et en 1871 il prend part à l'insurrection parisienne, en tant que [[capitaine]] du 83{{e}} bataillon fédéré de la Commune de Paris puis dans la Fédération des artistes. Il s'exile à Londres en 1871, il est condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité. Il est amnistié en 1879.
+
En 1870 il s'engage comme garde national et en 1871 il prend part à l'insurrection parisienne, en tant que [[capitaine]] du 83{{e}} bataillon fédéré de la Commune de Paris puis dans la Fédération des artistes. Il s'exile à Londres en 1871, il est condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité. Il est amnistié en 1879 et revient à Paris.
  
 
Cravate de commandeur de la [[Légion d'honneur]] remise par Émile Loubet en 1899.
 
Cravate de commandeur de la [[Légion d'honneur]] remise par Émile Loubet en 1899.
 +
 +
Il est inhumé au [[cimetière du Montparnasse]], dans la 4{{e}} division.
  
 
Une voie du 15{{e}} arrondissement de Paris, la [[rue Dalou]], lui rend hommage.  
 
Une voie du 15{{e}} arrondissement de Paris, la [[rue Dalou]], lui rend hommage.  
Ligne 22 : Ligne 25 :
 
;2{{e}} arrondissement  
 
;2{{e}} arrondissement  
 
* ''Renommée'' (1865), bas-relief en pierre au 4 [[rue de la Paix]]
 
* ''Renommée'' (1865), bas-relief en pierre au 4 [[rue de la Paix]]
 +
;3{{e}} arrondissement
 +
* ''Monument à Jean-Baptiste Boussingault''  (1895), marbre rose et bronze, dans la cour du Conservatoire des Arts et Métiers, devant l'église du [[prieuré Saint-Martin des Champs]], monument transféré dans le parc des  réserves du Conservatoire des Arts et Métiers de la Plaine Saint Denis. Au passage le cartouche en bronze en haut de la colonne, sur lequel étaient gravés le nom et les dates de naissance et de décès de Boussingault, a disparu
 
;4{{e}} arrondissement  
 
;4{{e}} arrondissement  
 
* ''La Chanson'' (1892), ronde-bosse, marbre, salle à manger de l'[[Hôtel de Ville|hôtel de Ville]]
 
* ''La Chanson'' (1892), ronde-bosse, marbre, salle à manger de l'[[Hôtel de Ville|hôtel de Ville]]

Version du 13 août 2014 à 09:48

Photographie de Jules Dalou dans son atelier de l'impasse du Maine à Paris - 1899
Monument à Jean-Baptiste Boussingault, dans la cour du Conservatoire des Arts et Métiers. Le monument se trouve maintenant au CNAM de la Plaine Saint Denis.
Le Triomphe de Silène, jardin du Luxembourg
Tombeau d'Auguste Blanqui, cimetière du Père Lachaise
Gisant de Victor Noir, cimetière du Père-Lachaise

Aimé-Jules Dalou, dit Jules Dalou, né à Paris le 31 décembre 1838 et mort dans la même ville le 15 avril 1902, est un sculpteur.

Biographie

Il s'est présenté quatre fois au concours du prix de Rome, il a été refusé à chaque fois.

En 1870 il s'engage comme garde national et en 1871 il prend part à l'insurrection parisienne, en tant que capitaine du 83e bataillon fédéré de la Commune de Paris puis dans la Fédération des artistes. Il s'exile à Londres en 1871, il est condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité. Il est amnistié en 1879 et revient à Paris.

Cravate de commandeur de la Légion d'honneur remise par Émile Loubet en 1899.

Il est inhumé au cimetière du Montparnasse, dans la 4e division.

Une voie du 15e arrondissement de Paris, la rue Dalou, lui rend hommage.

Monuments réalisés

À Paris

2e arrondissement
3e arrondissement
  • Monument à Jean-Baptiste Boussingault (1895), marbre rose et bronze, dans la cour du Conservatoire des Arts et Métiers, devant l'église du prieuré Saint-Martin des Champs, monument transféré dans le parc des réserves du Conservatoire des Arts et Métiers de la Plaine Saint Denis. Au passage le cartouche en bronze en haut de la colonne, sur lequel étaient gravés le nom et les dates de naissance et de décès de Boussingault, a disparu
4e arrondissement
  • La Chanson (1892), ronde-bosse, marbre, salle à manger de l'hôtel de Ville
5e arrondissement
  • Antoine Lavoisier (1886), ronde-bosse, pierre, grand amphithéâtre de l'université de la Sorbonne
6e arrondissement
  • Fontaine Monument à Eugène Delacroix (1890), ronde-bosse, bronze, jardin du Luxembourg
  • Le Triomphe de Silène (1898), ronde-bosse, bronze, jardin du Luxembourg
  • Monument à Auguste Scheurer-Kestner (1900-1909), ronde-bosse, pierre, jardin du Luxembourg
7e arrondissement
  • États généraux, séance du 23 juin 1789 (Mirabeau répondant à Dreux-Brézé) (1883-1891), relief, bronze, assemblée nationale, salon Casimir-Périer
  • Lions (1900), ronde-bosse, pierre, pont Alexandre III (côté sud)
9e arrondissement
10e arrondissement
  • La Fraternité (1885), haut-relief, plâtre, mairie du 10e arrondissement, salle des mariages
12e arrondissement
14e arrondissement
  • Étienne Charavay (1900), bas-relief, marbre, cimetière du Montparnasse, 10e division
  • Charles Robert (1901), buste, marbre, cimetière du Montparnasse, 6e division
16e arrondissement
  • Monument à Émile Levassor (1907), haut-relief, pierre, porte Maillot
  • Monument à Jean-Charles Alphand (1899), relief et ronde-bosse, pierre, avec l'architecte Jean Camille Formigé, avenue Foch au niveau de la rue Chalgrin
  • Scène bachique ou Bacchanale, fontaine du jardin Fleuriste municipal (1897), haut-relief, pierre, jardin des Serres d'Auteuil, inscrit au titre des monuments historiques[1]
  • Figures de Pleureuses agenouillées attribuées à Dalou (ca 1865), deux statues et bas-relief, pierre, cimetière d'Auteuil, chapelle Moïana (non signées)
17e arrondissement
18e arrondissement
  • Le Progrès entraînant l'Industrie, haut-relief, pierre, fronton de la maison Dufayel (1895), 6 rue de Clignancourt
20e arrondissement
  • Charles Amouroux (1886), médaillon, bronze, cimetière du Père-Lachaise, 76e division
  • Auguste Blanqui (1885), haut-relief, bronze, cimetière du Père-Lachaise, 91e division
  • Jean-Baptiste Boussingault (1890), buste, bronze, cimetière du Père-Lachaise, 95e division
  • Charles Floquet (1899), piédestral, granit - buste et statue, bronze, cimetière du Père-Lachaise, 66e division
  • Jules Jouy (1899), buste, bronze, cimetière du Père-Lachaise, 53e division
  • Victor Noir (1891), haut-relief, bronze, cimetière du Père-Lachaise, 92e division
  • Albert Wolff (1891), buste, bronze, cimetière du Père-Lachaise, 96e division

Annexes

Voir aussi

Notes et références

  1. « Jardin fleuriste municipal », base Mérimée, ministère français de la Culture