Enceinte de Thiers

De WikiGenWeb
Révision de 23 avril 2015 à 20:53 par FredoB (discussion | contributions) (Porte, poternes et barrières : relecture)

Aller à : navigation, rechercher
Carte de Paris datant de 1911 figurant l'enceinte de Thiers et ses bastions
Détail de la muraille, du fossé et du talus de défense
Les fortifications de Thiers à la porte de Versailles, en 1913

L'enceinte de Thiers est une enceinte fortifiée de Paris, construite de 1841 à 1844.

Description

L'enceinte de Thiers est construite de 1841 à 1844, suite à une loi due à Thiers.

L'enceinte de Thiers c'est 34 kilomètres de circonférence, un mur d’enceinte haut de 10 mètres qui surplombe un large fossé, un glacis de 300 mètres de largeur, 94 bastions, 62 portes ou poternes, 8 passages de chemin de fer et 5 passages de rivières ou canaux (Seine comprise), l'ensemble est complété par 16 forts détachés[1].

Au départ il était prévu de distinguer les portes, les barrières et les poternes suivant le type de voie se trouvant derrière, il était prévu 17 portes[2], 23 barrières[3] et 12 poternes[4][5], d'après les plans consultés ce découpage n'a pas été effectué, en pratique toute ouverture à ciel ouvert et donnant sur une route est une porte et toute ouverture voutée et donnant sur une route est une poterne, aucune barrière, les passages sont réservées aux voies de chemin de fer, canaux et rivières.

Cette enceinte englobe 7802 hectares, recouvrant à peu près les boulevards des Maréchaux actuels, avec un glacis s'étendant jusqu'à l'emplacement du boulevard Périphérique. Elle est détruite de 1919 à 1929.

La rue Militaire desservait de l'intérieur les fortifications de Paris édifiées par Thiers.

À partir du 1er janvier 1860, Haussmann transfère les bureaux d'octroi aux portes de l'enceinte de Thiers.

Lors de l'annexion des communes de 1860 les nouvelles limites retenues pour Paris sont les anciennes fortifications de Thiers, les anciennes portes de l'enceinte de Thiers vont devenir les nouveaux accès routiers et piétons à la ville le long des Maréchaux construits sur l'ancienne rue ou route Militaire, les anciennes portent étaient donc en général situées immédiatement à l'extérieur des Maréchaux, les portes actuelles sont situées sur les maréchaux mais le nom peut s'étendre, depuis sa construction, jusqu'au boulevard périphérique ou ses bretelles d'accès, ces portes ne sont pas dans la nomenclature officielles des voies de Paris.

La porte Dauphine de l'enceinte de Thiers a donné son nom au 63e quartier de Paris dans le 16e arrondissement.

Porte, poternes et barrières

Dans l'ordre des bastions, de la porte de Bercy et du bastion 1 au bastion 94 et la porte de la Gare, sens anti-horaire. Les portes en italique sont ajoutées à l'enceinte après 1860.

Bastions et voies nouvelles

Voir aussi

Notes et références

  1. Les fortifications sur www.defense.gouv.fr
  2. de Charenton, de Vincennes, de Bagnolet, de Romainville, d'Allemagne, de La Villette, de La Chapelle, de Saint-Ouen, de Cherbourg, de Saint-Cloud, de Versailles, de Chevreuse, de Toulouse, d'Antibes, de Choisy, d'Ivry, de Bâle
  3. de Bercy, de Neuilly (plutôt Reuilly), de Picpus, de Saint-Mandé, de Montreuil, de Ménilmontant, des Prés-Saint-Gervais, du canal de l'Ourcq, du canal Saint-Denis, d'Aubervilliers, de Clignancourt, de Courcelles, de Villiers, de la Révolte, du Roule, du Point du Jour, de Sèvres, d'Issy, de la Plaine, de Plaisance, de Montrouge, d'Arcueil , de Bicêtre
  4. de Montempoivre, de Pantin, des Poissonniers, de Montmartre, de Clichy, de Levallois, d'Auteuil, de Billiancourt, de Javel, de Vanves, de Gentilly, de Bièvre
  5. Le nouveau Paris : histoire de ses 20 arrondissements / Émile de Labédollière ; Illustrations de Gustave Doré... ; cartes topographiques de Desbuissons