Faq : Différence entre versions

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher
(Paléographie)
(Rechercher dans les autres pays :)
Ligne 311 : Ligne 311 :
 
# [[Espagne]]         
 
# [[Espagne]]         
 
# [[Italie]]   
 
# [[Italie]]   
# [[Angleterre]]      
+
# [[Angleterre]]
 +
# [[Suisse]]     
 
# [http://www.roelly.org/~gene_suisse/associations.html Associations suisses]  
 
# [http://www.roelly.org/~gene_suisse/associations.html Associations suisses]  
  
[http://e-transcriptum.net/ Service gratuit de traduction pour les actes généalogiques]
+
[http://www.francegenweb.org/entraide.php Service gratuit de traduction pour les actes généalogiques]
  
 
{{Palette StandardGenWeb}}
 
{{Palette StandardGenWeb}}
 
[[Catégorie:StandardGenWeb]]
 
[[Catégorie:StandardGenWeb]]

Version du 3 mars 2013 à 12:55

Bienvenue sur la FAQ issue du forum généalogique rec:fr.rec.genealogie, elle s'adresse à tous les généalogistes de langue française.

Spécial débutants :

Qu'est-ce qu'une FAQ ?

Pour les nouveaux, une FAQ (en anglais : "Frequently Asked Questions", en français "Foire Aux Questions) est un document de longueur variable, traitant des questions les plus fréquemment posées sur un thème donné. Chacun pourra proposer un ajout, ou une modification, au contenu de cette FAQ.

Sites d'aide aux débutants

Cercles généalogiques

En France, on désigne sous ce nom les associations généalogiques sans but lucratif, réunissant des généalogistes amateurs. Celles-ci sont généralement animées par des personnes compétentes, qui se feront un plaisir de vous aider dans vos recherches. Être membre d'un cercle c'est partager et échanger. C'est profiter, mais aussi apporter sa contribution (et pas seulement par une cotisation annuelle). La cotisation est de l'ordre de 15 à 40 euros (incluant l'abonnement à la revue). Il existe au moins un cercle par département.

Les cercles tiennent des permanences au cours desquelles il est possible de consulter de nombreux ouvrages et des magazines spécialisés. Bien souvent, le cercle dispose de lecteurs de microfilms, et, parfois, d'une collection de microfilms mormons. Les cercles peuvent prêter des microfilms à leurs adhérents, pour consultation à domicile.

Si on a des ancêtres dans plusieurs régions, doit on adhérer à autant de cercles ? Ce n'est pas indispensable car les cercles s'abonnent aux revues de généalogie et d'histoire locale des autres associations.

Associations et sociétés sur Internet

FranceGenWeb (FGW)
Association où tout est gratuitement en ligne. Regroupe un réseau de sites régionaux et de bases de données contenant une mine de renseignements concernant les ressources généalogiques locales (archives départementales, cercles, etc...), une entraide généalogique aux archives et communes, et les CousinsGenWeb qui permettent de visualiser qui peut etre votre cousin potentiel. FranceGenWeb est une réalisation communautaire faite par les généalogistes bénévoles qui mettent à profit les avantages du Net pour optimiser leur quête généalogique.
Fil d'Ariane (FDA) 
Association d'entraide généalogique avec des bénévoles qui se déplacent aux Archives départementales, Communales ou spécialisées pour rechercher vos actes en France comme à l'étranger.
Geneanet (GNET) 
Index de la plupart des données généalogiques disponibles sur Internet. Avec Geneanet, vous saurez si un individu, ou une association, ont déjà travaillé sur le patronyme sur lequel vous effectuez des recherches, dans la même région ou dans une autre région. Il vous restera ensuite à contacter la personne ou l'association, dont les coordonnées sont rendues disponibles. Geneanet ne vous donnera que le patronyme, le prénom, la localité, la fourchette de dates correspondantes, et les coordonnées.
Geneabank (GBK)
gère les échanges de données entre cercles généalogiques au bénéfice de leurs membres. L'idée est que les associations ont besoin de revenus pour fonctionner et si les dépouillements sont libres, ils vont être pillés. La solution est d'apporter des nouveaux revenus sous la forme de nouveaux adhérents qui paieront leur cotisation, cela protège les dépouillements proposés et permet de ne pas utiliser d'argent afin que tout reste dans les caisses des associations. Ceci grâce à un Système d'Échange Local (SEL).
L'Église de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours (les Mormons)
Il est impossible de ne pas parler du travail accompli par cette Église, en matière de généalogie. Le mobile principal est d'ordre religieux, bien sûr, puisque les Mormons croient dans le baptême des morts. Mais les données sont mises à la disposition de tous, à des tarifs faibles. Les Mormons ont entrepris le microfilmage systématique de tous les registres paroissiaux connus. Selon les accords passés avec les Archives départementales, ainsi qu'avec les autorités épiscopales et municipales, des copies de chaque microfilm réalisé, sont cédés à bas prix aux instances concernées. Il existe des salles spécialement réservées pour les généalogistes, avec des lecteurs de microfilms à disposition.

Qu'est ce qu'une "liste éclair" ?

Logiciels et internet

Droits et devoirs

Des internautes ...
l'Internet et l'Usenet ainsi que les autres composants du réseau (FTP, IRC etc.) sont soumis à des lois nationales et internationales. Les législations telles que: le code Pénal, Civil, droit d'auteur, confidentialité de données personnelles etc... s'appliquent. Cependant la majorité des utilisateurs n'étant pas familiers avec ces législations, une distorsion se crée entre l'image que les intervenants se donnent du net, et la réalité. Ceci résulte en l'impression que les forums et l'Internet ne sont régis par aucune loi. Le droit d'auteur existe sur la toile.
France 
Code de la propriété intellectuelle (Art. L. 122-4, 122-5) "Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite." http://www.celog.fr/cpi/lv1_tt2.htm#122-4 Pour ce qui est des citations l' Art. L. 122-5-3 est bien spécifique. Lorsque l'oeuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire  : 1° Les représentations privées et gratuites effectuées exclusivement dans un cercle de famille ; 2° Les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, à l'exception des copies des oeuvres d'art destinées à être utilisées pour des finsidentiques à celles pour lesquelles l'oeuvre originale a été créée et des copies d'un logiciel autres que la copie de sauvegarde [11] établie dans les conditions prévues au II de l'article L.122-6-1 ainsi que descopies ou reproductions d'une base de données électronique. 3° Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source : les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'oeuvre à laquelle elles sont incorporées. La jurisprudence définit un site (web) ou un forum comme un lieu "publique", l' Art. L. 122-5-3 ne s'applique pas.
Nos droits 
Assemblee Nationale, 26 avril 1999, page 2535 "... principe de gratuité est rappele au numéro 193 de l'instruction generale relative a l'état civil. " " Ainsi dès l'instant ou il dispose de suffisamment d'informations, notamment quant a la date exacte d'enregistrement de l'evenement de l'etat civil, pour trouver dans ses registres l'acte dont on lui demande une copie ou extrait, l'officier de l'état civil doit satisfaire à cette requete sans pouvoir exiger une quelconque participation financiere en contrepartie des recherches qu'il a du accomplir." L'Union européenne possède maintenant une législation "relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données", c'est la Directive 95/46/CE. Les généalogistes, s'ils ne sont pas prioritairement visés par cette législation, - qui donne un cadre légal aux publicitaires de tout poil pour manipuler allègrement vos données - tombent cependant sous le coup de cette loi. La Directive a déjà été transposée dans plusieurs pays de la communauté (Belgique, Autriche, Italie...) et s'applique donc aux généalogistes.
netiquette

Cartographie, Héraldique :

Annuaires et codes

Les Blasons

Ouvrages de référence

Cartes géographiques

  • IGN cartes détaillées de France
  • Mapquest
  • Heavens-Above Voici l'adresse d'un site qui permet de récupérer les coordonnées géographiques (Latitude Longitude) de nombreuses villes et communes dans le monde entier (+/- 2 millions de villes). Utile pour retrouver la commune sur une carte ou pour calculer les distances des flux migratoires.
  • Locom-France Pour localiser rapidement une commune en France métropolitaine pour les généalogistes. Le principe n'est pas de mentionner les infrastructures routières, ni la topographie ou l'hydrographie mais de montrer la position géographique d'une commune dans son département. Ce qui permet entre autre de juger de la proximité ou de l'éloignement d'une commune par rapport à une autre. En consultant les sites CousinsGenWeb, je constate assez souvent qu'un autre généalogiste recherche un patronyme m'intéressant également mais situé dans une commune que je ne sais pas positionner dans le département. D'où l'idée de concevoir Locom-France...]
  • Cédérom de cartes du XVIe siècle du CDIP
  • The Perry-Castañeda Library Map Collection des cartes anciennes et nouvelles
  • a World of Antique Maps des cartes anciennes par époques et par pays
  • Cartes de Cassini
  • Découpage et cotes, des cartes pour la france
  • Cartes de CASSINI

Les Archives - mode d'emploi :

Archives communales

Archives départementales

Cadastres

Notaire

Pour trouver le notaire qui possède, aujourd'hui, les archives d'une ancienne étude (et donc ses archives si elles n'ont pas été déposées aux AD : voir la chambre Notariale du département concernée en général à la préfecture du département. Ils donnent le nom du successeur actuel du notaire à la condition que donner la date recherchée. Prendre contact ensuite avec le successeur pour en savoir plus.

Canada

Bibliothèque nationale du Québec (BNQ)
http://www.bnquebec.ca/ La BNQ comprend surtout la Grande Bibliothèque du Québec (GBQ) ouverte vers avril 2005. Elle contient principalement une copie des imprimés (dépôt légal), dont les journaux anciens. Son site web contient plusieurs copies de livres anciens en PDF et le célèbre dictionnaire Tanguay des origines à 1760.
Bibliothèque et Archives Canada (BAC)
http://www.collectionscanada.ca/index-f.html (anciennement APC - Archives publiques du Canada puis ANC - Archives nationales du Canada) Fusion en 2003 des ANC et de la BNC Centre unique situé à Ottawa (les ANC et la BNC occupent deux étages différents). Prêt inter-bibliothèque permis, en particulier pour les recensements et les listes d'électeurs. Les BAC couvrent surtout les documents fédéraux, surtout les recensements et les dossiers militaires.
Centre canadien de généalogie (dépend de BAC)
http://www.genealogie.gc.ca/index_f.html
Généalogie des Français d'Amérique du Nord

http://www.francogene.com/index.php Bases de données des Français d'Amérique du Nord des débuts à 1721 et ancêtres étrangers. ;Fédération québécoise des sociétés de généalogie: http://genealogiequebec.info/frames.html Base de données sur les premiers arrivants

Modèles de lettres

Centre Historique des Archives Nationales (CHAN)

36 sources pour des recherches

Un tableau pour vous rappeler les principales sources à votre disposition dans vos recherches généalogiques selon les siècles. A noter que les périodes avec trois étoiles *** vous donnent les siècles de début et de fin. Les sources peuvent donc ne représenter qu'un partie infime ou importante de ces siècles servant de bornes. Source : selon ancien site de Thierry Straub (Sélection juillet 2006). Lien actuellement mort.

TYPE DE DOCUMENT 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e
01. Listes de recensement . . . . . . . . . . . . . . . . *** ***
02. Listes électorales . . . . . . . . . . . . . . . . *** ***
03. Passeports pour l'intérieur . . . . . . . . . . . . . . . . *** . .
04. Registres du recrutement et notices individuelles . . . . . . . . . . . . . . *** *** ***
05. Etat-civil . . . . . . . . . . . . . . *** *** ***
06. Listes d'émigrés, souches de passeports pour l'étranger, etc. . . . . . . . . . . . . . . *** *** ***
07. Listes de malades dans les hôpitaux . . . . . . . . . . . . . . *** *** ***
08. Documents concernant les israélites . . . . . . . . . . . . . . *** *** ***
09. Listes de passagers . . . . . . . . . . . . *** *** *** ***
10. Lettres de naturalisation et changements de nom . . . . . . . . . . . . *** *** *** ***
11. Contrats d'apprentissage ou de travail . . . . . . . . . . . . *** *** . . . .
12. Dossiers militaires (armée de terre) . . . . . . . . . . . . *** *** *** ***
13. Dossiers militaires (marine) . . . . . . . . . . . . *** *** *** ***
14. Registres des pensions . . . . . . . . . . . . *** *** *** ***
15. Documents concernant les protestants . . . . . . . . . . *** *** *** *** . .
16. Registres paroissiaux catholiques . . . . . . . . . . *** *** *** *** ***
17. Registres paroissiaux protestants . . . . . . . . . . *** *** *** *** ***
18. Dossiers personnels des fonctionnaires . . . . . . . . . . *** *** *** *** ***
19. Registres d'écrou (police et prisons) . . . . . . . . . . *** *** *** *** ***
20. Dossiers concernant les orphelins . . . . . . . . . . *** *** *** *** ***
21. Archives judiciaires . . . . . . . . *** *** *** *** *** ***
22. Inventaires après décès . . . . . . *** *** *** *** *** *** . .
23. Donations entre vifs . . . . . . *** *** *** *** *** *** ***
24. Actes concernant les biens meubles et immeubles . . . . . . *** *** *** *** *** *** ***
25. Partages de successions . . . . . . *** *** *** *** *** *** ***
26. Testaments et legs . . . . . . *** *** *** *** *** *** ***
27. Contrats de mariage . . . . . . *** *** *** *** *** *** ***
28. Papiers concernant l'instruction . . . . . . *** *** *** *** *** *** ***
29. Documents concernant les taxes féodales . . . . . . *** *** *** *** *** - -
30. Documents des monastères, couvents, abbayes, évêchés, etc. . . . . *** *** *** *** *** *** *** ***
31. Obituaires . . *** *** *** *** *** *** *** *** ***
32. Inscriptions mortuaires, épigraphies . . *** *** *** *** *** *** *** *** ***
33. Documents municipaux anciens . . *** *** *** *** *** *** *** - -
34. Registres de foi et hommage de l'époque féodale *** *** *** *** *** *** *** *** - -
35. Cartulaires *** *** *** *** *** *** *** *** - -
36. Collections généalogiques *** *** *** *** *** *** *** *** *** ***
TYPE DE DOCUMENT 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e

Lire et comprendre un acte :

Lexique, langues et mesures

Prénoms et noms

Métiers

Abréviations généalogiques

Les ages de la majorité

France
de février 1556 à 1792 : 30 ans pour les garçons, 25 ans pour les filles mariage possible à partir de 12 ans pour les filles et de 14 ans pour les garçons (avec l'autorisation des parents). Des dispenses d'âge peuvent être accordées. de 1792 à l'an XII : 21 ans pour les deux de 1804 à 1907 : 25 ans pour les h, 21 ans pour les f de 1907 à 1974 : 21 ans pour les deux depuis le 5 juillet 1974 : 18 ans pour les deux.
Canada, Québec, Acadie, forts de l'Ouest, etc. 
L'âge de la majorité change quand la région passe au régime anglais de façon officielle.
  • Acadie - 1713 (partie principale de la Nouvelle-Écosse) - 1755-1759 (au fil de la conquête des territoires français)
  • Vallée du St-Laurent - 1763 (le sud des futurs Québec et Ontario) Les autres territoires à l'est du Mississippi - 1763
  • Les territoires à l'ouest du Mississippi passent à l'Espagne en 1764 puis reviennent à la France en 1801 avant leur revente aux États-Unis en 1803 (âge de la majorité à déterminer).

Les Calendriers

Maire avant la Révolution

Avant la révolution il y avait un syndic désigné par l'assemblée des habitants de la paroisse. Cette charge était souvent peu prisé car non rémunéré et le syndic n'avait aucun pouvoir judiciaire ni exécutif.

"Le syndic, dans les communautés rurales, n'est pas un magistrat comme le maire  ; c'est un simple agent qui n'a d'autre autorité que celle qu'il tire du mandat qui lui est confié ; il n'a aucun prestige aucune prérogative ; son pouvoir qui dépend de la volonté des habitants peut être limité ou révoqué par eux.
A peine est-il reconnu par le seigneur ; l'administration ne lui donne un caractère légal que tardivement. Le syndic n'avait pas comme les maires actuels, d'attributions de police ; son autorité était précaire, parce que les moyens d'exécution lui manquaient. La liberté communale exercée par les assemblées était à la fois pratique et inoffensive, parce que les pouvoirs politiques, judiciaires et municipaux n'étaient point réunis dans les même mains ; mais ce système avait pour désavantage de faire des fonctions municipales une charge sans compensation pour ceux qui les remplissaient, d'ou parfois des difficultés à trouver des volontaires à ce poste.
L'édit de 1717, supprimant les syndics perpétuels voulus par Louis XIV, rétablit en droit les coutumes anciennes qui en fait avaient été conservées dans la majorité des communautés. Les syndics furent élus comme ils l'avaient été de temps immémorial par les habitants réunis en assemblée communale. Les avantages accordés aux syndics étant de peu d'importance et parfois même ces fonctions étant plus onéreuses que profitables on comprend la difficulté de recruter parmi les habitants les plus aisés et les plus instruits. Ils sont parfois les instruments d'habitants plus influents qui administrent sous leur nom."

L'organisation du village : communauté et consuls des paroisses http://www.souquieres.org/histoire/village.html

Mariage

Les mentions marginales

Les mentions marginales n'apparaissent que pour les naissances ayant eu lieu vers 1880. Elles ont été mise en place comme suit :

  • 1886 divorce sur acte de Naissance
  • 1886 divorce sur acte de Mariage
  • 1897 légitimation, mariage sur acte de Naissance
  • à partir de 1910 environ : dans les actes catholiques, les actes de baptêmes catholiques contiennent une annotation indiquant le mariage
  • 1917 adoption sur acte de Naissance.
  • 1945 décès,décès hors du domicile sur acte de Naissance

Paléographie

Etude des anciennes écritures. Il y a autant de paléographies qu'il y a d'écritures. C'est l'art de déchiffrer les textes, mais aussi celui de les dater, de les localiser, d'en critiquer l'authenticité.

Cours de paléographie - Archive du cours d'Arisitum http://eric-camille.voirin.pagesperso-orange.fr/paleo/ Autres copies du site d'Arisitum http://www.lodace.net/histoire/objetari.htm [autorisé] http://icp.ge.ch/po/cliotexte/sites/Arisitum/adihaf/cf1796.html [ne semble pas autorisé] http://miroir.mrugala.net/Arisitum/adihaf/index.htm [ne semble pas autorisé]

"Jean-Claude Toureille avait créé un site historique passionnant et une association "ADIHAF" (association pour la diffusion de l'information historique et archéologique en France). Ses espoirs étant déçus, il a fermé son site en mai 1998. Le site Internet Medieval Sourcebook de Paul Halsall l'a repris en Angleterre (Arisitum complet avec des textes en latin, en langue d'oc et d'oïl). Fabrice Mrugala avait aussi copié Arisitum (version complète) sur son site (fermé à fin 1998 et réouvert en octobre 2001). Ces multiples copies rendent hommage à la qualité universitaire des textes offerts par Arisitum. Notez que dans la majorité des cas, ces textes sont trop difficiles pour être utilisés directement au niveau de l'enseignement secondaire. Néanmoins ils fournissent ample moisson (2,4 M) aux maîtres qui voudront les utiliser dans leurs cours et les mettre en forme pour leurs élèves. Patrice Delpin, décembre 1998 et octobre 2001"

Dépouillements systématiques ou relevés

Sites spécialisés :

Cercles Généalogiques par métier

Possède les archives des douaniers et les renseignements sur leur carrière
http://www.musee-douanes.fr/
Les dossiers personnels des douaniers sont conservés par la dernière Direction Régionale d'activité de l'agent, celle où il a été mis à la retraite, même s'il n'y a travaillé que deux mois . En conséquence, ces dossiers sont "normalement" reversés aux archives départementales du département siège de la Direction (les services du personnel, chargé du reversement, ne le font que quand ils ont du temps disponible, c'est à dire pratiquement jamais ;-)) Quant au Musée des Douanes, ce n'est pas un service d'archives, et il n'est donc en aucun cas habilité pour recevoir des dossiers personnels. A titre d'exemple, les dossiers de plus de 100 ans de la direction inter-régionale des Douanes de Méditerranée ont été reversés il y a quelques années aux archives départementales des Bouches du Rhône par le service responsable.
  • Députés - Liste des membres de l 'Assemblée de 1789  :

Bibliothèque Nationale http://www.bnf.fr/ format fichier *.pdf (acrobat reader) ou *.tiff (corel Draw) - serveur Gallica.

A la rubrique histoire, début du tome VIII : liste par sénéchaussées des députés des états généraux. Au début du tome XXIII la même liste dite rectifiée. Au début du tome LII la liste des conventionnels. Le tome LVII couvre presque tout le mois de janvier 1793 et on y trouve tout le procès de Louis XVI, l'accusation, la comparution, les listes nominales des votes des députés...

Et dans les premiers tomes, les cahiers de doléances, récurrents sur les voeux formulés, empreints de la plus grande déférence envers le roi, édifiants sur les difficultés de l'époque, et parfois pétris d'humour.

Recensements

Bateaux et émigrations

Spéciaux listes de condamnés révolutionnaires

Condamnés par les tribunaux révolutionnaires Nantais (1793-1794)
Si vous avez perdu la trace d'un ancêtre, ce fichier peut vous aider.
Il comporte 5060 jugements tirés d'un livre édité en 1896  : "La Justice Révolutionnaire à Nantes et en Loire Inférieure" de Alfred Laillé (réédité en 1991). Avec l' autorisation de Pierre Rabjeau éditeur. Les Editions du Choletais 36, rue du Paradis BP 614 49036 CHOLET
Des informations complémentaires sont disponibles dans ce livre.

Militaires

(après 1960 - délai de communication 120 ans)
Caserne Bernadottes 64023 PAU Cedex 05.59.98.21.92
Commandement - Division des Ressources Humaines - Bureau des Anciens BP 38 - 13998 MARSEILLE ARMÉES
  • Les Médaillés de Ste Hélène
Médaille créée en 1857. Voulue par Napoléon III, elle récompense les 390 000 soldats encore vivants en 1857, qui ont combattu aux côtés de Napoléon 1er pendant les guerres de l'Empire de 1792 à 1815  : http://www.stehelene.org/
  • Membres de la Légion d'Honneur :
129, rue de Grenelle 75005 PARIS 01.47.05.78.31 Fax : 01.47.05.19.69 - Revue : La Cohorte.
Faites une recherche sur la base léonore : http://www.culture.gouv.fr/documentation/leonore/pres.htm
  • Médaille Militaire
Services administratifs : Palais de la Grande Chancellerie 1, rue de Solférino. 75007 PARIS
Société d'Entraide des Médaillés Militaires : 36, rue de la Bienfaisance 75008 PARIS (Société mutualiste créée en 1904. Revue : "Le Médaillé Militaire".)

Rechercher dans les autres pays :

  1. Allemagne
  2. Espagne
  3. Italie
  4. Angleterre
  5. Suisse
  6. Associations suisses

Service gratuit de traduction pour les actes généalogiques