Femmes Mortes pour la France en 1914-1918

De WikiGenWeb
Révision de 20 février 2011 à 14:09 par FredoB (discussion | contributions) (Page créée avec « == Femmes Mortes pour la France en 1914-1918 == ''liste non exhaustive'' === Marie Louise Faivre épouse Fabre === Morte pour la France le 26 mars 1918 à Châlons-sur-... »)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Femmes Mortes pour la France en 1914-1918

liste non exhaustive

Marie Louise Faivre épouse Fabre

Morte pour la France le 26 mars 1918 à Châlons-sur-Marne (Victime civile, bombardement) avec ses enfants Georgette André Fabre, Jean Edmond Justin Fabre, Madeleine Berthe Justine Fabre, Paulette Marie Charlotte Fabre et son mari Victor Pierre Joseph Fabre (tous Morts pour la France)

  • Relevé n° 29832 voir les fiches sur le relevé du monument aux morts de Châlons-sur-Marne
  • Relevé n° 100256 plaque commémorative, rue Titon (Relevé n° 100256) ]] « Le 23 mars 1918 au cours d'un bombardement aérien allemand, 42 personnes trouvèrent la mort dans la cave de la maison qui s'élevait à cet endroit. La population châlonnaise a voulu par l'apposition de cette plaque honorer la mémoire et perpétuer le souvenir de toutes les victimes civiles de la Grande Guerre tuées par l'ennemi dans la ville ouverte de Châlons, de 1914 à 1918 ». Délibération du Conseil Municipal du 28 février 1921.

Jeanne de l'Epinois

Morte pour la France le 9 septembre 1917 à Bar-le-Duc (55), patronyme complet : Eugénie Marie Jeanne de Buchère de l'Epinois née Eugénie Marie Jeanne de Touchebœuf comtesse de Clermont, fille de Jean Baptiste François Marie Guyon de Touchebœuf comte de Clermont et de Hortense Angéline Hibou, née au château de Monsec à Mouzens en février 1877, épouse de Paul Marie Charles de Buchère de l’Epinois.

Engagée comme Infirmière de la Société de Secours aux Blessés Militaires à l'hôpital no 12 à Vadelaincourt, chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur par décret du 08 septembre 1917 sur rapport du ministre de la Guerre.

Motivation officielle de sa nomination, signée le 7 octobre 1917 par Paul Painlevé : « Avec un remarquable courage et le plus grand calme a aidé au sauvetage des blessés et leur a prodigué ses soins pendant le bombardement et l’incendie de l’hôpital, le 20 aout 1917. Sa présence et son attitude au milieu du danger ont été pour tout le personnel un bel exemple de courage et de sang froid. S’est de nouveau signalée pendant le bombardement du 4 septembre au cours duquel elle a été mortellement blessée. »

Adélaïde Pélagie Lacaille épouse Blaise

Morte pour la France le 12 décembre 1914 maladie en captivité

  • Relevé n° 36952 voir sa fiche sur le relevé du monument aux morts de Combres-sous-les-Côtes

Henriette Lecocq née Toussaint

Morte pour la France le 22 août 1914 blessures par éclat d'obus

  • Relevé n° 42360 voir sa fiche sur le relevé du monument aux morts de Cosnes-et-Romain

Ernestine Marchal née Crelot

Morte pour la France le 6 septembre 1914 blessures par balles

  • Relevé n° 42360 voir sa fiche sur le relevé du monument aux morts de Cosnes-et-Romain

Carmen de Los Dolorés Martinez épouse Humbert

Morte pour la France le 11 mai 1917 à bord du vapeur Medjerda

  • voir sa fiche sur le relevé Medjerda « Le 11 mai 1917 à 19h10, lors d'une traversée Oran - Port-Vendres, il est torpillé et coulé par le sous-marin U-34 (KL Johannes Klasing ) à 5 milles dans le NNE du cap Tortosa en Méditerranée par 40°45N et 01°12E. Les survivants sont recueillis par le cargo anglais Batten Hall; sur les 80 hommes d'équipage et 457 passagers, 352 personnes manquaient à l'appel »

Victorine Henriette Pauze née Deconche

Morte pour la France le 11 octobre 1918 Infirmière militaire stagiaire

Marie Elisa Vitaline Rondest épouse Dubois

Morte pour la France le 30 mars 1918 victime civile tuée à l'ennemi

Arlette Augustine Thore épouse Guiglaris

Infirmière stagiaire Morte pour la France le 8 novembre 1918 à l'Hôpital complémentaire N°33 (Arles)

Notes et références