Fontaines du décret de Saint-Cloud

De WikiGenWeb
Révision de 20 juillet 2014 à 10:30 par FredoB (discussion | contributions) (Historique : relecture)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Les fontaines du décret de Saint-Cloud sont 15 fontaines de Paris dont la construction est décidée par Napoléon Ier, par décret, en 1806.

Historique

En 1806, Napoléon Bonaparte décide de construire 15 nouvelles fontaines pour améliorer l'approvisionnement en eau de Paris et des Parisiens. Il n'en reste plus que 5 qui sont visibles, dont 3 qui ont été déplacées.

Deux autres fontaines auraient été ensuite ajoutées à la liste initiale.

Le décret et les 15 fontaines créées

« Il sera érigé dans la ville de Paris quinze nouvelles fontaines dont les projets seront soumis à l'approbation de notre ministre de l'intérieur. Elles seront établies dans les emplacemens ci après désignés; savoir : »

  1. « Dans le marché des Jacobins rue Saint Honoré » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine du Marché Saint-Honoré[1], construite en 1812 et détruite en 1956
  2. « Au château d'eau de la place du Tribunat » ; qui donnera des aménagements au :
    Château d'eau du Palais Royal[1]
  3. « Au dessus de l'Égout place des Trois Maries » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine de la place de l'École[1], édifiée place de l'École ou quai du Louvre en 1806, détruite en 1854
  4. « Sur la nouvelle place à l'extrémité du Pont-au-Change » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine du Palmier, ou fontaine du Châtelet ou fontaine de la Victoire, place du Châtelet[1], construite entre 1806 et 1808
  5. « Au pied du regard Saint-Jean le Rond, adossé à une des faces latérales de l'église Notre-Dame » ; qui donnera naissance à la :
    2e Fontaine du Parvis Notre-Dame[2] adossée au bâtiment de l'Hôtel Dieu, démolie
  6. « Au pied du regard des Lions Saint-Paul » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine de la rue des Lions Saint-Paul[2], détruite en 1840
  7. « Rue de Popincourt, vis à vis la caserne » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine de Popincourt[2] ou fontaine de la Charité ou de Saint-Ambroise, édifiée rue Popincourt et détruite entre 1855 et 1860
  8. « Rue Saint Dominique, au Gros Caillou, vis à vis la caserne » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine de Mars, ou fontaine du Gros Caillou[2], rue Saint-Dominique, construite entre 1806 et 1808
  9. « Sur la place du Palais des Arts » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine de l'Institut[3], détruite
  10. « Rue de Sèvres, aux Incurables » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine du Fellah ou Égyptienne[3], rue de Sèvres, 1806
  11. « Sur la place du carrefour des rues de Vaugirard, d'Assas et de l'Ouest » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine de Léda, ou fontaine de la rue de Vaugirard, ou fontaine du Regard[4], édifiée à l'angle des rues de Vaugirard et du Regard en 1807, déplacée en 1856 à l'arrière de la fontaine Médicis
  12. « Sur la place Saint-Sulpice » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine de la Paix[4], édifiée place Saint-Sulpice vers 1807, déplacée en 1824 dans le marché Saint-Germain, déplacée en 1935 dans l'allée du Séminaire qui longe la rue Bonaparte
  13. « Sur la place au devant du Lycée Bonaparte, rue de Caumartin » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine du lycée Bonaparte[5], près de l'actuelle rue de Caumartin, détruite
  14. « Rue Mouffetard, entre les rues Censier et Fer-à-Moulin » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine Censier[5] de la rue Censier, détruite
  15. « Au carrefour qui termine la rue du Jardin des Plantes » ; qui donnera naissance à la :
    Fontaine du Marché aux Chevaux puis fontaine de la rue du Jardin du Roi puis fontaine Poliveau[5], détruite

« Ces fontaines seront alimentées par les pompes à vapeur et par les établissemens hydrauliques actuellement existans, et il sera fait tous les branchemens et raccordemens nécessaires à cet effet »

Fontaines souvent données à tort comme issues du décret

  1. 2e Fontaine Saint-Denis, édifiée rue Saint-Denis en remplacement de la première fontaine, détruite en 1860
  2. Fontaine de la pointe Saint-Eustache, ou fontaine de Tantale, angle de la rue Montorgueil et de la rue Montmartre, près de l'église Saint-Eustache, détruite vers 1855

Voir aussi

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Histoire physique, civile et morale de Paris Jacques Antoine Dulaure 1824
  2. 2,0, 2,1, 2,2 et 2,3 Histoire physique, civile et morale de Paris Jacques Antoine Dulaure 1824
  3. 3,0 et 3,1 Histoire physique, civile et morale de Paris Jacques Antoine Dulaure 1824
  4. 4,0 et 4,1 Histoire physique, civile et morale de Paris Jacques Antoine Dulaure 1824
  5. 5,0, 5,1 et 5,2 Histoire physique, civile et morale de Paris Jacques Antoine Dulaure 1824