Honoré Gabriel Riquetti de Mirabeau : Différence entre versions

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher
m (Hommages : relecture)
m (Biographie : relecture)
 
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
[[Fichier:Honoré_Gabriel_Riqueti_de_Mirabeau,_pained_by_Joseph_Boze.jpg|thumb|Portrait de Mirabeau par Joseph Boze]]
 
[[Fichier:Honoré_Gabriel_Riqueti_de_Mirabeau,_pained_by_Joseph_Boze.jpg|thumb|Portrait de Mirabeau par Joseph Boze]]
 
[[Fichier:Pleurons_la_perte_de_Mirabeau.jpg|thumb|Plat commémoratif de la mort de Mirabeau, [[musée Carnavalet]]]]
 
[[Fichier:Pleurons_la_perte_de_Mirabeau.jpg|thumb|Plat commémoratif de la mort de Mirabeau, [[musée Carnavalet]]]]
 +
[[Fichier:Bignon.Mirabeau-02.jpg|thumb|Statue de Mirabeau au Bignon-Mirabeau]]
 
'''Honoré Gabriel Riquetti comte de Mirabeau''', dit '''Mirabeau''', né le 9 mars 1749 au Bignon et mort le 2 avril 1791 à Paris, est un homme politique, représentant du Tiers-État aux États-Généraux, un écrivain, un diplomate et un journaliste.  
 
'''Honoré Gabriel Riquetti comte de Mirabeau''', dit '''Mirabeau''', né le 9 mars 1749 au Bignon et mort le 2 avril 1791 à Paris, est un homme politique, représentant du Tiers-État aux États-Généraux, un écrivain, un diplomate et un journaliste.  
  
Ligne 7 : Ligne 8 :
 
Fils de Victor Riquetti de Mirabeau et de Marie-Geneviève de Vassan, il est né moche et à l'âge de trois ans il est défiguré par la variole. Il est régulièrement emprisonné pour dettes ou à la demande de son père du fait de sa vie de débauche, il est également condamné à mort pour ''rapt et séduction''.
 
Fils de Victor Riquetti de Mirabeau et de Marie-Geneviève de Vassan, il est né moche et à l'âge de trois ans il est défiguré par la variole. Il est régulièrement emprisonné pour dettes ou à la demande de son père du fait de sa vie de débauche, il est également condamné à mort pour ''rapt et séduction''.
  
Il meurt [[rue de la Chaussée d'Antin]] qui est alors rebaptisée rue Mirabeau. Le 4 avril 1791, après une cérémonie dans l'[[église Saint-Eustache]] il est inhumé au [[Panthéon de Paris|Panthéon]]. Il est chassé du Panthéon en septembre 1794, on a retrouvé les traces de sa correspondance, et de sa collusion, avec la famille royale. Son corps est alors inhumé au cimetière de l'[[église Saint-Étienne du Mont]]. À la fermeture du cimetière, en 1798, il est de nouveau exhumé et sa sœur le fait enterrer au [[cimetière de Clamart]]. On a jamais retrouvé son corps.
+
Il meurt [[rue de la Chaussée d'Antin]] qui est alors rebaptisée rue Mirabeau. Le 4 avril 1791, après une cérémonie dans l'[[église Saint-Eustache]] il est inhumé au [[Panthéon de Paris|Panthéon]]. Il est chassé du Panthéon en septembre 1794, on a retrouvé les traces de sa correspondance, et de sa collusion, avec la famille royale. Son corps est alors inhumé au [[cimetière Saint-Étienne du Mont|cimetière]] de l'[[église Saint-Étienne du Mont]]. À la fermeture du cimetière, en 1798, il est de nouveau exhumé et sa sœur le fait enterrer au [[cimetière de Clamart]]. On a jamais retrouvé son corps.
  
 
== Quelques œuvres ==
 
== Quelques œuvres ==
Ligne 23 : Ligne 24 :
 
* La [[rue de la Chaussée d'Antin]], [[Liste des voies du 9e arrondissement de Paris|voie du 9{{e}} arrondissement de Paris]], quartier de la [[Chaussée d'Antin (quartier)|Chaussée d'Antin]], a porté le nom de rue Mirabeau ou Mirabeau le Patriote
 
* La [[rue de la Chaussée d'Antin]], [[Liste des voies du 9e arrondissement de Paris|voie du 9{{e}} arrondissement de Paris]], quartier de la [[Chaussée d'Antin (quartier)|Chaussée d'Antin]], a porté le nom de rue Mirabeau ou Mirabeau le Patriote
 
* Il a sa statue au [[Panthéon de Paris|Panthéon]], réalisée par [[Jean-Antoine Injalbert]]
 
* Il a sa statue au [[Panthéon de Paris|Panthéon]], réalisée par [[Jean-Antoine Injalbert]]
* Le Bignon, commune du [[Loiret]], prend le nom de Le Bignon-Mirabeau par arrêté préfectoral du 13 décembre 1881
+
* Le Bignon, commune du [[Loiret]], prend le nom de Le Bignon-Mirabeau par arrêté préfectoral de 1881<ref>[http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=4249 Notice communale]]</ref>
 +
* Il a sa statue au Bignon-Mirabeau, inaugurée en 1889
  
 
== Voir aussi ==
 
== Voir aussi ==
  
* [[Wikipedia.fr:Honoré-Gabriel Riquetti de Mirabeau|Honoré-Gabriel Riquetti de Mirabeau]]
+
* [[Wikipedia.fr:Honoré-Gabriel Riquetti de Mirabeau|Honoré-Gabriel Riquetti de Mirabeau sur wikipedia]]
  
 
== Notes et références ==
 
== Notes et références ==

Version actuelle en date du 5 juin 2016 à 18:38

Portrait de Mirabeau par Joseph Boze
Plat commémoratif de la mort de Mirabeau, musée Carnavalet
Statue de Mirabeau au Bignon-Mirabeau

Honoré Gabriel Riquetti comte de Mirabeau, dit Mirabeau, né le 9 mars 1749 au Bignon et mort le 2 avril 1791 à Paris, est un homme politique, représentant du Tiers-État aux États-Généraux, un écrivain, un diplomate et un journaliste.

Biographie

Fils de Victor Riquetti de Mirabeau et de Marie-Geneviève de Vassan, il est né moche et à l'âge de trois ans il est défiguré par la variole. Il est régulièrement emprisonné pour dettes ou à la demande de son père du fait de sa vie de débauche, il est également condamné à mort pour rapt et séduction.

Il meurt rue de la Chaussée d'Antin qui est alors rebaptisée rue Mirabeau. Le 4 avril 1791, après une cérémonie dans l'église Saint-Eustache il est inhumé au Panthéon. Il est chassé du Panthéon en septembre 1794, on a retrouvé les traces de sa correspondance, et de sa collusion, avec la famille royale. Son corps est alors inhumé au cimetière de l'église Saint-Étienne du Mont. À la fermeture du cimetière, en 1798, il est de nouveau exhumé et sa sœur le fait enterrer au cimetière de Clamart. On a jamais retrouvé son corps.

Quelques œuvres

  • Essai sur le despotisme, 1775
  • Des lettres de cachet et des prisons d'État, 1780-82
  • Errotika Biblion, 1783
  • Ma Conversion, 1783
  • Le Rideau levé ou l'éducation de Laure, 1786
  • Lettres originales de Mirabeau, écrites du donjon de Vincennes, pendant les années 1777, 1778, 1779 et 1780, contenant tous les détails sur sa vie privée, ses malheurs et ses amours avec Sophie Ruffei, marquise de Monnier, recueillies par Pierre Louis Manuel, 1792
  • Hic et Hec ou L'Art de varier les plaisirs de l'amour, publié en 1798

Hommages

Voir aussi

Notes et références

  1. Notice communale]