Jean-Baptiste Meusnier

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Baptiste Meusnier, né en 1713 et assassiné en 1757[1], inspecteur de police, espion, faussaire et aventurier, ayant sévi sous les noms d'Antoine Meunier de Précourt et de François Duhamel comte de Précourt[2].

Biographie

Nicolas René Berryer, lieutenant général de police de Paris de 1747 à 1757, va créer le premier « Bureau de la discipline des mœurs » en 1747, il va s'appuyer sur l'inspecteur Jean-Baptiste Meusnier.

C'est l'inspecteur Meusnier qui coince et dresse procès verbal de débauche, rue du Foin à Paris, Jean-Paul de Gua de Malves (1712-1786), mathématicien, prêtre, membre de l'Académie des sciences, membre de la Royal Society, titulaire d'une chaire de philosophie au Collège de France et collaborateur de l'Encyclopédie, le mardi 2 novembre 1756 chez la veuve Roperat, dite Roisin, femme du monde, en compagnie de Marie Mouron, dite Rosette, fille de débauche âgée de 23 ans, avec laquelle il s'est amusé charnellement[3].

Il dresse de nombreux procès verbaux à Paris concernant les ecclésiastiques, dont au moins un à la maison Dubuisson rue du Battoir. Il tient également un journal et consacre plusieurs pages aux sœurs O'Murphy, dont Marie-Louise O'Murphy et Marie-Brigitte O'Murphy, deux des petites maîtresses de Louis XV. Dans un rapport adressé en 1753 au lieutenant de police Berryer il cite Marguerite-Louise, Marie-Magdeleine et Marie-Victoire O'Murphy comme s'étant adonnées à la prostitution.

L'inspecteur Louis Marais, adjoint de Jean-Baptiste Meusnier, lui succède à partir de 1757.

Bibliographie

  • Les ripoux des Lumières, Robert Muchembled, Éd. du Seuil 2011
  • Un policier homme de lettres l'inspecteur Meusnier (1748-1757), Paul d'Estrée (1838-1922), 1892

Voir aussi

Notes et références

  1. Son assassinat en 1757 est parfois donné comme étant une mise en scène
  2. Jean-Baptiste Meusnier (1713?-1757)
  3. Bongie Larry. La chasse aux abbés : l'abbé Gua de Malves et la morale diderotienne. In: Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, numéro 14, 1993. pp. 7-22