Rue Saint-Honoré : Différence entre versions

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher
(relecture ; image)
m (Au fil de la rue : typographie)
Ligne 28 : Ligne 28 :
 
* {{numéro}}163, plaque avec un relief de [[Jeanne d'Arc]] signé [[Maxime Real del Sarte]] et réalisé par Roger Bertrand Baron, « Ici s'élevait la [[porte Saint-Honoré]] près de laquelle Jeanne d'Arc fut blessée le 8 septembre 1429. »
 
* {{numéro}}163, plaque avec un relief de [[Jeanne d'Arc]] signé [[Maxime Real del Sarte]] et réalisé par Roger Bertrand Baron, « Ici s'élevait la [[porte Saint-Honoré]] près de laquelle Jeanne d'Arc fut blessée le 8 septembre 1429. »
 
* {{numéro}}284 ou {{numéro}}296, [[église Saint-Roch]]
 
* {{numéro}}284 ou {{numéro}}296, [[église Saint-Roch]]
* {{numéro}}202, plaque commémorative d'une des premières salles de l'[[Opéra de Paris]] au [[Palais-Royal]] incendié en 1763
+
* {{numéro}}202, plaque commémorative d'une des premières salles de l'[[Opéra de Paris]] au [[Palais Royal]] incendié en 1763
 
* {{numéro}}390, plaque commémorative, « Dans cet immeuble, Madeleine Lévy, membre du réseau Ajax, Esther Nordmann, l'abbé Henri Ménardais, [[Juste parmi les nations]], ont hébergé et protégé des aviateurs alliés, 1940-1944. »
 
* {{numéro}}390, plaque commémorative, « Dans cet immeuble, Madeleine Lévy, membre du réseau Ajax, Esther Nordmann, l'abbé Henri Ménardais, [[Juste parmi les nations]], ont hébergé et protégé des aviateurs alliés, 1940-1944. »
 
* C'est dans cette rue que se trouvait l'[[hôpital des Quinze Vingts]] avant son transfert en 1779 à son emplacement actuel, [[rue de Charenton]], dans l'ancienne [[caserne des Mousquetaires Noirs|caserne des « Mousquetaires Noirs »]] qui est supprimée en 1775.
 
* C'est dans cette rue que se trouvait l'[[hôpital des Quinze Vingts]] avant son transfert en 1779 à son emplacement actuel, [[rue de Charenton]], dans l'ancienne [[caserne des Mousquetaires Noirs|caserne des « Mousquetaires Noirs »]] qui est supprimée en 1775.

Version du 15 septembre 2015 à 13:11

Plaque apposée au n° 163 de la rue Saint-Honoré
Plaque apposée au n° 151 bis de la rue Saint-Honoré
Plaque apposée au n° 390 de la rue Saint-Honoré
Plaque apposée au n° 202 de la rue Saint-Honoré

La rue Saint-Honoré est une voie du 1er et du 8e arrondissement de Paris dans les quartiers Halles, Palais Royal, Place Vendôme et Madeleine. Le quartier Saint-Honoré, dans l'ancien 4e arrondissement, lui doit son nom[1].

Description

L'ancienne église collégiale de Saint-Honoré située autrefois dans le cloître Saint-Honoré

Cette rue est présente sur les plans de Paris en 1760 et 1771, elle est également présente en l'an 1450 dans le premier quartier de Paris, et citée plusieur fois dans le Dit des rues de Paris (rue Saint-Honouré, Crois de Tiroüer, Chastiau Festu), la partie qui portait le nom de rue Saint-Honouré allait alors de la rue des Poulies à l'enceinte.

Elle s'est appelée :

  • entre les rues de la Lingerie et de la Tonnellerie : rue de la Chausseterie, de 1300 au XVIIe siècle
  • entre les rues Tirechappe (supprimée) et de l'Arbre Sec : rue du Chastiau Festu (1300) ou du Château Fêtu
  • entre les rues de l'Arbre Sec et du Rempart (supprimée) : rue de la Croix du Trahoir ou rue de la Croix du Tiroir, rue du Traihoir ou du Traihouer, du Trayoir ou du Trahoir, du Triouer ou du Trioir aux XIIIe et XIVe siècles, rue de la Chaussée Saint-Honoré (1450)
  • entre les rues du Rempart (supprimée) et Royale : chemin de Clichy (1204), grand chemin Saint-Honoré (1283), chaussée Saint-Honoré (1370), grand chemin de la porte Saint-Honoré (1392), chemin Royal (1393), nouvelle rue Saint-Louis (1407), grand'rue Saint-Louis (1421), rue Neuve Saint-Louis (1430), grande rue du Faubourg Saint-Honoré (1609), chaussée Saint-Honoré (1634), rue Neuve Saint-Honoré (1638).

Au XVIIIe siècle[2] et au début du XIXe siècle la rue Saint-Honoré est un haut lieu de la prostitution à Paris, en 1831 c'est presque 100 filles qui y sont recensées[3].

En 1966, la partie comprise entre le Palais Royal, le Théâtre Français et la place André Malraux a été dénommée place Colette.

Commence rue des Halles et se termine rue Royale.

Au fil de la rue

Voir aussi

Notes et références

  1. Paris 1er janvier 1860, passage de 12 à 20 arrondissements
  2. La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Éditions Perrin, Paris, 1987 - par Érica-Marie Benabou
  3. De la prostitution dans la ville de Paris, Volume 1 Par Alexandre Jean B. Parent-Duchâtelet (P.578)
  4. « Notice no PA00085802 », base Mérimée, ministère français de la Culture