Claude Grange

Révision de 23 avril 2016 à 17:33 par FredoB (discussion | contributions) (relecture)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Révision de 23 avril 2016 à 17:33 par FredoB (discussion | contributions) (relecture)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Claude Grange, né à Vienne le 23 septembre 1883 et mort à Paris le 22 septembre 1971, est un sculpteur français.

Sommaire

Biographie

  • Études secondaires au collège Ponsard de Vienne
  • 1900 (17 ans) il entre à l’école des Beaux Arts de Lyon.
  • 1906 (23 ans) premier succès à un concours, ce qui lui permet d’obtenir une bourse et de rejoindre les Beaux Arts de Paris.
  • 1910, exposition au salon des artistes français, il obtient une mention honorable.
  • 1911, Premier second grand prix de Rome avec sa composition «Électre veillant sur le sommeil d’Oreste».
  • 1912, Grand prix de Rome avec «Berger chaldéen» et l’année suivante avec «Concours de chants entre bergers»
  • 1913, départ pour la villa Médicis
  • 1914, il reçoit la médaille de bronze de la Société des Artistes Français, pour «Le Soir».
  • 1914, mobilisé au 5e régiment d'Infanterie Coloniale (sergent, sous-lieutenant avant le 18/7/1915, capitaine le 3/10/1916, puis commandant), il en revient 1919 avec le grade de capitaine de l'infanterie de marine, la Croix de guerre avec palmes et la rosette de la Légion d'honneur.
  • 1926, il obtient la médaille d’Or pour sa statue «l’Automne».
  • 1928, il est fait officier de la Légion d'honneur.
  • 1933, il expose son «Berlioz», l’année suivante c’est «Hommage à Chopin»
  • 1935, médaille d’honneur pour son œuvre «Saint-Colomban».
  • 1939-1940, la guerre le conduit en tant que commandant en Syrie. Il en revient après l’armistice.
  • 1950, il est nommé membre de l'Académie des beaux-arts, qu’il présidera 3 ans plus tard.
  • 1955, il reçoit la cravate de commandeur de la Légion d’honneur
  • 1969, il obtient l’une des plus hautes récompenses, le Grand Prix de la Société des Artistes Français.

26 septembre 1971, ses funérailles ont lieu en l'église de Notre-Dame de la Croix de Ménilmontant, il repose au cimetière du Père-Lachaise.

Monuments réalisés

Autres sculptures réalisées

  • Le Rugbyman, Lycée technique Galilée, Vienne (38)
  • La Jeunesse et la Mer, La Rochelle (17)
  • Électre veillant sur le sommeil d'Oreste
  • La France, sous la direction de Jacques CARLU, Fort de France (972)
  • Sirène, dans un jardin privé de la Côte d'Azur
  • Participation au monument en l'honneur de Laurent MOURGUET à Lyon (avenue Doyenné (Lyon 5e))[1]

Annexes

Sources

  • Archives Municipales de Vienne (38)
1M23-2-I-1
Biographie réalisée par Laurent VIAL employé du service (document en cote 1C44) publiée avec son aimable autorisation sous CC-BY-SA
  • Bibliothèque Municipale de Vienne (38)
Section patrimoine B222-1, B222-2
  • Amis de Vienne [1]
Bulletin N° 67 pages 113 à 124

Voir aussi

Notes

  1. Wikipedia


Devoir de mémoire et droit d'auteur, dura lex, sed lex
Ces œuvres ou les œuvres de cet artiste ou architecte, bien que faisant partie de la mémoire collective et placées sur la voie publique, ne sont pas dans le domaine public. Elles sont protégées par les réglementations internationales sur le droit d'auteur pour une durée minimale de 70 ans après la mort de l'auteur et la loi française ne permet aucune exception liée au devoir de mémoire. Merci de ne télécharger aucune représentation de ces œuvres, sauf si elles sont couvertes par la liberté de panorama, qui n'existe pas en France et ne concerne donc pas les monuments situés en France, ou avec l'autorisation de cet artiste ou architecte ou de ses ayants droit, ou encore si vous trouvez une photo avec une licence qui permet explicitement la publication (sur commons.wikimedia.org par exemple).