Moulin d'Amour (route d'Orléans)

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher

Le moulin d'Amour, ou moulin Saint-Jacques, est un ancien moulin de Paris, situé 26-28 avenue d'Orléans, actuelle avenue du Général Leclerc.

Description

Ce moulin est difficile à dater précisément, malgré une adresse précise au début du XXe siècle.

En juillet 2016 il est en cours de démolition et ce chantier fait l'objet d'une enquête administrative de la « Commission municipale du Vieux Paris », une délégation se rend sur place, au no 26 de l'avenue d'Orléans, actuelle avenue du Général Leclerc[1]. Cet emplacement correspond à celui du moulin du Pavé, voir, si le moulin d'Amour est en retrait de la voie, au Petit Moulin.

Ces deux derniers moulins sont en bois, et notre moulin d'Amour et un moulin avec une tour en maçonnerie, par ailleurs « une reconstruction sans intérêt d'une tour beaucoup plus ancienne »[1].

La commission tend néanmoins à penser que ce moulin serait l'un des deux « Il ne faut pas s'étonner de ce que le Moulin d'Amour soit différemment désigné sur les plans où il est mentionné. Le plan de Jaillot (1715) désigne sous le nom de Moulin-du-Pavé le moulin qu'il figure presque en bordure de l'avenue d'Orléans actuelle et celui construit en arrière est appelé Petit-Moulin. Il en est de même du plan Deharme (1763). Le plan Delagrive (1728) ne donne que l'emplacement de ces deux moulins, dont l'un est situé presque en bordure de l'avenue d'Orléans (voie romaine de Lutèce vers Montrouge et, plus tard, ancien chemin de Montrouge) et l'autre, construit plus en arrière, qui serait de par sa situation topographique le Moulin-d'Amour. Le plan de Roussel (1730) figure également ces deux moulins, mais en désignant le premier sous le nom de Moulin-du-Petit-Pavé et le second sous le nom de Petit-Moulin (...) »[2].

La commission cite également « Mes voyages aux environs de Paris » de Joseph Delort « Ce qu'on appelle aujourd'hui Moulin d'Amour au-dessous du Moulin Janséniste, lieu de guinguettes où l'on danse les jours de fête, était l'habitation de Fréron. C'est là qu'il faisait ses articles aussi vifs que piquants et qu'il recevait ses amis »[2], or Joseph Delort place ici le moulin d'Amour au dessous du moulin Janséniste, ce dernier, ou moulin des Cornets ou des Trois Cornets est hélas situé le long du chemin de Vanves, ce qui tend à nous égarer un peu plus. Dans le Bulletin de la Société des amis des monuments parisiens le moulin habité par Fréron[3] est donné comme étant l'ancien moulin des Mathurins situé route d'Orléans, mais plus au nord[4].

Au Musée Carnavalet, Histoire de Paris, on trouve un dessin de Fédor Hoffbauer (1839-1922), intitulé Tour de l'ancien moulin d'Amour, 26 av. d'Orléans (actuellement 26 et 28 avenue du Général Leclerc); La sortie d'un mariage avec la mention manuscrite « Tour de l'ancien Moulin du Pavé / Avenue d'Orléans » et en commentaire historique « Moulin construit en 1191, dit aussi de Saint-Jacques, parce que vendu en 1791 à la paroisse de Saint-Jacques-du-Haut-Pas. Il est l'un des 30 moulins Montrouge, moulins à farine. Il devient un lieu de cabaret et de danse, reconstruit à la foin du XVI ème siècle, après trois incendies, on le démoli en 1916. les caves restent jusqu'en 1926. Cf. J. Hillairet, dictionnaire Historique des rues de Paris, t.1, p.572-573 et le catalogue de référence »[5].

Notons que lavoixdu14e.info place le moulin d'Amour dans la rue Ernest Cresson[6].

Ce moulin n'est dessiné sur aucun plan du XVIIIe siècle.

Voir aussi

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Procès-verbaux - Commission municipale du Vieux Paris (P.105)
  2. 2,0 et 2,1 Procès-verbaux - Commission municipale du Vieux Paris (P.108)
  3. Élie Fréron (1718-1776), journaliste, critique et polémiste, la bête noire de Voltaire
  4. Société des amis des monuments parisiens
  5. Paris Musées
  6. D'un moulin à l'autre - Défense et illustration de nos anciens lieux-dits