Petit Châtelet

De WikiGenWeb
Aller à : navigation, rechercher
PLan du Petit Châtelet
Plaque commémorant le sacrifice des 12 derniers défenseurs de la tour du Petit Pont

Le Petit Châtelet était située à l’extrémité sud du Petit Pont, le petit Châtelet était ainsi nommé pour le distinguer du grand Châtelet situé au-delà du grand Pont (pont au Change).

Description

Dès le IXee siècle, les accès aux deux ponts qui reliaient l’île du Palais aux berges de la Seine, sont protégés par deux châtelets, d'abord en bois, puis en pierre : le Grand Châtelet, au nord, pour protéger l'accès au pont au Change et le Petit Châtelet, au sud, pour protéger l'accès au Petit Pont.

Le Petit Châtelet, en pierre, est construit vers 1130 en remplacement de la tour du Petit Pont, en bois, qui existait depuis le IXe siècle, sans doute construite sous Charles le Chauve. Il est reconstruit sous Charles V, par Hugues Aubriot, prévôt de Paris. Le Petit Châtelet servira de demeure au prévôt de Paris.

Le Petit Châtelet, devenu une prison, est détruit en 1782, sa prison transférée à la prison de la Force, l’espace dégagé forme la place du Petit Pont.

Le Petit Châtelet est présent sur les plans de Paris en 1760 et 1771, classé dans les lieux remarquables.

Le combat des douze

Lors du siège de Paris de 885-886 par les Normands, la tour du Petit Pont se retrouve en février 886, suite à une crue de la Seine qui emporte le Petit Pont, coupée de Paris avec douze défenseurs seuls contre tous. Depuis cette tour qui deviendra le Petit Châtelet ils résistent jusqu'au dernier sous les yeux des parisiens.

Le conseil municipal de Paris décide, au XIXe siècle, d'apposer une plaque commémorative, avec les noms de ces douze héros, sur la place du Petit Pont dans le 5e arrondissement[1]. Cette plaque sera déplacée sur la façade de l'annexe de l'Hôtel Dieu, annexe qui est démolie au tout début du XXe siècle. La plaque est conservée au musée Carnavalet.

Une copie de la plaque est apposée à l'entrée de la crypte de Notre-Dame de Paris, toujours avec les noms de ces douze parisiens : Ermanfroi, Hervé, Herland, Ouacre, Hervi, Arnoud, Seuil, Joubert, Gui, Hardré, Aimard et Gossouin.

Voir aussi

Notes et références

  1. Eudes, comte de Paris et roi de France, (882-898) par Édouard Favre (p.n85)